J 'ai"meuh" la "lait"cture 2

Bienvenue sur mon blog

4 juillet, 2010

Peter Pan (James M. Barrie)

Classé dans : Amour,Classiques,Fantastique,Films,Livres étrangers — livremania @ 15:44

peterpancopie1.jpg

Résumé

Peter Pan est un garçon bien étrange. Il est vêtu de feuilles, ne connait pas son âge et ignore ce qu’est un baiser. Wendy est intriguée par ce petit bonhomme qui lui rend visite la nuit, accompagné d’une lumière tintinnabulante nommé Clochette. Doù vient-il donc ?
« Je me suis nefui le jour de ma naissance » répond Peter Pan. « Je ne veux pas devenir un adulte, alors depuis, je vis au pays des fées. sais-tu d’où viennent les fées ? Lorsque le premier de tous les bébés se mit à rire pour la première fois, son rire se brisa en milliers de morceaux, et chaque morceau devint une fée »
Wendy et ses deux frères, John et Michael, n’hésiteront pas bien longtemps à suivre Peter Pan et Clochette sur l’Ile merveilleuse, le Pays de l’Imaginaire.

Avis

J’ai vraiment adoré livre ce conte.
L’écriture de monsieur Barrie est très agréable à lire. Il nous emporte avec une telle facilité dans le Pays de l’Imaginaire, nous fait voler au-dessus de la lagune, entrer dans la maison souterraine… Bref, il nous fait visiter un monde enchanteur où tout le monde a été au moins une fois en rêve.
Peter Pan est vraiment excécrable yperpeterpan20.gif. Un enfant pourri gâté qui ne respecte rien… Je ne le supportais pas dans le livre. En plus, il est macho… Il va comme même demander à Mme Darling s’il peut prendre Wendy chaque printemps pour qu’elle puisse nettoyer la cabane de Peter !
J’étais dégoutée d’apprendre que Clochette meure !
yperpeterpan32.gif. Trop triste ! J’ai adoré la description du boudoir de Clochette. Je veux le même !!!

Peter Pan au cinéma(avec des extraits du livre)

Image de prévisualisation YouTube

Peu après l’apparition de la fée, la fenêtre s’ouvrit tout grand, poussée par le souffle des étoiles, et Peter fit son entrée. Comme il avait porté Clochette une partie du chemin, sa main était toute barbouillée de pollen de fée.
- Clo, appela-t-il doucement après s’être assuré que les enfants dormaient, Clochette, où es-tu?
Pour le moment, elle se trouvait à l’intérieur d’un broc de toilette et s’y plaisait énormément ; elle n’en avait jamais visité auparavant.
- Dépêche-toi de sortir de là et dis-moi où est mon ombre.
Un tintement argentin des plus jolis lui répondit. C’était la langue des fées. [...]
Clo dit que l’ombre se trouvait dans la grande boîte. Elle désignait pas là la commode. Peter bondit vers les tiroirs, en vida à deux mains le contenu sur le plancher, comme un roi jette des sous à la foule. il retrouva bientôt son ombre et en fut si content qu’il referma le tiroir en oubliant Clochette dedans.

Image de prévisualisation YouTube

La lumière de la petite fée pâlissait de minute de minute ; si elle venait à s’éteindre, ce serait pour toujours, et Peter le savait. Ses larmes causèrent un tel plaisir à Clochette qu’elle lui posa un doigt sur la joue pour les sentir rouler.
Elle parlait d’une voix si faible qu’il ne saisit pas tout de suite ce qu’elle disait. Puis il comprit. Clo pensait qu’elle pourrait être sauvée si des enfants proclamés bien haut qu’ils croient aux fées.
Peter tendit aussitôt les mains. Il n’y avait pas d’enfants ici, et c’était la nuit, mais Peter s’adressait à tous ceux qui rêvent au pays de l’Imaginaire et qui, par conséquent, se trouvaient plus proches de lui que vous ne le pensez : garçons et filles en chemise de nuit, bébés peaux-rouges suspendus aux arbres dans leur berceau.

Image de prévisualisation YouTube

Ce redoutable individu  traite ses comparses comme des chiens, et comme des chiens, ils lui obéissent.. Il a le teint de bistre d’un cadavre enfumé, et frise ses cheveux en longues boucles qui, de loin, ressemblent à des chandelles noires et donne un air sinistre à sa physionomie. Ses yeux sont teintés d’un bleu de myosotis et de profonde mélancolie, sauf quand il vous plonge son crochet dans le corps et que s’allume au fond de ses prunelles deux horribles lueurs rouges.
D’allure racée, un air de grand seigneur est resté collé à sa personne, air dont il ne se départit jamais, même pour vous crocheter la panse de sa griffe.

Image de prévisualisation YouTube

5 réponses à “Peter Pan (James M. Barrie)”

  1. Corasirene dit :

    coïncidence : j’allais faire un article dessus lol!
    faudra que je le lise ! as-tu vu « neverland » avec Depp et Winslet ?
    BIsoUS !!

  2. Corasirene dit :

    J’ai pas accroché à « Neverland », je l’ai trouvé fade!
    Je croise les doigts pour toi !
    kiss!

  3. Corasirene dit :

    Je te conseille de lire « le grand bâtre » de frédérique hébrard!
    p.s : aimes-tu « buffy »?
    Kiss

  4. lefildariane dit :

    tu as failli me faire pleurer snif… tu as mis le passage le plus émouvant de Neverland… un film vraiment superbe qui retrace l’écriture de Peter Pan…
    le dessin animé de Disney est le tout premier film que je suis allée voir au cinéma à l’âge de 4 ans ^^
    vive le capitaine Crochet (surtout lorsqu’il est joué par Dustin Hoffman dans Hook) ^^
    je n’ai qu’une phrase à rajouter : « je crois aux fées » ^^
    Mélanie

    Dernière publication sur Le fil d'Ariane : Voyage au Pays imaginaire (2)

  5. Lisbei dit :

    J’adore ce livre … tellement plus fort, cruel et insouciant que le film (même si j’aime les dessins de Disney) …

Laisser un commentaire

 

Conversation-Evasion |
Morganedoc |
lane8joe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournai la Page
| maud99
| les abeilles