J 'ai"meuh" la "lait"cture 2

Bienvenue sur mon blog

22 mars, 2010

La rafle

Classé dans : Films,Jeunesse,Messages,Policier,Pour réviser — livremania @ 18:14

19237859r760xfjpgqx20100126060818.jpg

Résumé

Joseph a onze ans. Et ce matin de juin, il doit aller à l’école, une étoile Jaune cousue sur sa poitrine… Il reçoit les encouragements d’un voisin brocanteur, les railleries d’une boulangère. Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge. Du moins le croient-ils, jusqu’à ce matin de 16 juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule… Du Vélodrome d’Hiver, où 13 000 raflés sont entassés, au camp de Beaune-La-Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, La Rafle suit les destins réels des victimes et des bourreaux.
De ceux qui ont orchestré.
De ceux qui ont eu confiance.
De ceux qui ont fui.
De ceux qui se sont opposés.
Tous les personnages du film ont existé. Tous les évènements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Avis

J’ai été le voir hier, avec maman, à l’occasion du « printemps du cinéma »… (3,50€ la place, ça valait la coût ^^). On voulait absolument le voir car le sujet nous parlait vraiment (mon grand-père est un ancien résistant qui a été dans les camps de concentration)

Bref, on y est allé et franchement, c’est un film à voir au moins une fois dans sa vie ! J’ai pleuré pendant presque tout le film (j’ai un petit coeur)… C’était atroce ! Les acteurs arrivent vraiment à tout nous transmettre. Jean Reno qui joue d’habitude les gros durs interprète magistralement son rôle de médecin juif. Mélanie Laurent, qui a joué dans Inglourious Basterds (un film qui traite aussi de la 2nd guerre mondiale), change complètement de rôle en jouant, non pas une juive comme dans IB mais une infirmière protestante de la Croix Rouge au grand coeur. Toutes ses émotions nous arrivent de plein fouet. On ne reconnait pas Gad Elmaleh tellement on est pris par son jeu d’acteur. Et Sylvie Testud est très loin de Stupeur et Tremblements ou de Karnaval.
Et les enfants… Joseph est bien sur très attachant mais le plus craquant reste Noé Zigler (alias Nono). L’innocence même… J’étais franchement écoeurée quand il pars dans le train… Comment peut-on s’en prendre à un enfant ? à des enfants ?

Il faut absolument le voir pour bien avoir conscience de la bétise de l’homme. Oui, on voit ces faits dans les livres d’histoires mais là, ça prend une toute autre tournure… Et puis, ça dénonce aussi que les français étaient aussi coupables (et certains même plus cruels que les allemands) de cette rafle.

7 mars, 2010

Love story (Erich Segal)

Classé dans : Amour,Anglais,Films,Livres en anglais,Livres étrangers,Pour réviser — livremania @ 15:59

201573128s.gif

Resume

This is a love story you won’t forget. Oliver Barrett meets Jenny Cavilleri. He plays sports, she plays music. He’s rich, and she’s poor. They argue, and they fight, and they fall in love.

So they get married, and make a home together. They work hard, they enjoy life, they make plans for the future. Then, they learn that they don’t have much time left.

Opinion

Hier, j’ai été faire un tour et je suis tombée sur une série de livres (abrégés) en anglais.  Je connaissais la marque Penguin Readers mais pas Oxford bookworms. Beaucoup de livres m’interpellaient mais j’ai opté pour Love story…
Il y a longtemps, maman m’avait passé le livre en français et j’avais vraiment adoré !!! Alors, je me suis jetée sur ce livre et l’ai dévoré ! Et… c’est encore mieux en anglais !!! On s’y croirait vraiment… C’est magique… Bon, je l’avoue, cette fois-ci, je n’ai pas pleuré (j’avais déjà pleuré pour le livre en français et le film…). Un livre à lire et à relire !
Ah, et le film est super fidèle au livre. J’adore !

Ce livre était du niveau 3 et j’ai trouvé que c’était facile à lire (peut-être un peu trop facile à mon niveau ^^)… C’est quand même un bon moyen pour réviser l’anglais en s’amusant et en rêvant…

Image de prévisualisation YouTube

3 mars, 2010

Les chevaliers du Subjonctif (Erik Orsenna)

Classé dans : Jeunesse,Livres français,Pour réviser — livremania @ 13:09

9782253114345g.jpg

Résumé

Il y a ceux qui veulent gendarmer le langage et le mettre à leur botte, comme le terrible Nécrole, dictateur de l’archipel des Mots, et la revêche Mme Jargonos, l’inspectrice dont le seul idéal est d’ »appliquer la programme ». Et puis il y a ceux qui ne l’entendent pas de cette oreille, comme Jeanne et Thomas, bientôt traqués par la police comme de dangereux opposants…
Leur fuite les conduira sur l’île du Subjonctif. Une île de rebelles et d’insoumis. Car le subjonctif est le mode du désir, de l’attente, de l’imaginaire. Du monde tel qu’il devrait l’être…

Extrait

« Allez venez, Milord,
Vous asseoir à ma table,
Il fait si froid dehors…

Qu’est-ce qu’un milord ? Et quel était ce froid dont parlait la dame, alors qu’il faisait si chaud ?

Laissez-vous faire, Milord,
Et prenez bien vos aises,
Vos peines sur mon coeur,
Et vos pieds sur une chaise…

Drôle d’histoire ! Mais aucun doute, c’était aussi de l’impératif amical, celui-là, un impératif bienveillant.
J’aurais bien voulu connaître la fin : qu’arrive-t-il au milord ? Mais le cartographe piaffait. »

Avis

J’ai repris cette saga de « remise à niveau » sur la langue française avec grand plaisir (cf : La grammaire est une chanson douce et La révolte des accents)… Les Chevaliers du Subjonctif m’ont replongée dans la grammaire de la langue de Molière, m’ont fait réviser le subjonctif que j’ai tant de mal à utiliser (ex : « il faut que j’aille » et non « il faut que je vais »). Ce petit livre est très facile à lire et, en plus, est très drôle. La quête de Jeanne (qu’est-ce que l’amour ?) nous tient en haleine jusqu’à la fin même si l’on ne trouve pas sa réponse ^^. Erik Orsenna continue sur sa lancée en nous donnant une approche facile et attractive de notre langue.
Un livre qui fait aimé de nouveau la noble langue de Molière !

Petit plus pour ceux qui ne savent pas bien utiliser le subjonctif (comme moi) :
utiliser l’infinitif à la place -> « je dois y aller » à la place de « il faut que j’y aille » ou « je dois savoir ma leçon » à la place de « il faut que je sache ma leçon ».

 

Conversation-Evasion |
Morganedoc |
lane8joe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tournai la Page
| maud99
| les abeilles